dimanche , 20 octobre 2019

L’Islet pourrait ne pas avoir besoin du bac brun

La MRC de L’Islet, qui n’a toujours pas implanté de collecte de matières putrescibles sur son territoire, pourrait ne pas avoir besoin du bac brun. Les conclusions d’une étude réalisée par le Centre de recherche industriel du Québec (CRIQ) sur un nouveau procédé de traitement des déchets seront déterminantes à ce sujet.

Implantée dans l’ensemble des municipalités du Kamouraska, la collecte des matières putrescibles et organiques fonctionne depuis 2015 sous le principe d’une troisième voie indépendante (bac brun), à même titre que le recyclage (bac bleu) et les déchets (bac vert). Le fruit de la matière récoltée est envoyé à l’usine de biométhanisation de Rivière-du-Loup et doit servir à produire du biogaz (gaz naturel liquéfier), dont le résultat se fait toujours attendre.

Dans L’Islet, il n’est pas exclu que les maires de la MRC emboîtent le pas avec une troisième voie. Avant, ils attendent de connaître les résultats d’une étude menée par le CRIQ sur le traitement mécanobiologique (TMB) des déchets, étude à laquelle collaborent également d’autres MRC du Québec. « Le TMB est un procédé qui permettrait d’utiliser seulement le bac vert, mais où les déchets seraient ensuite triés mécaniquement pour séparer ce qui doit être enfuis de ce qui peut être composté », d’expliquer Patrick Hamelin, directeur général de la MRC de L’Islet.

Lire le texte original

 

Déjeuner des chefs

Voir aussi

PurCann Pharma : nouveau leader mondial en extraction et purification de molécules d’intérêts issues du cannabis et chanvre [VIDEO]

Au cours des 25 dernières années, la firme SiliCycle a développé, fabriqué et commercialisé des …