vendredi , 23 août 2019

Réchauffement planétaire: imaginer l’inimaginable

Les mauvaises nouvelles concernant l’environnement s’accumulent à un rythme effréné. Un récent rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) nous met en garde contre les possibles conséquences d’un réchauffement planétaire de 1,5 à 2 °C au cours des prochaines décennies. Pour parvenir à limiter ce réchauffement à 1,5 °C, il faudrait réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) d’environ 45 % en 2030 par rapport à celles de 2010, et par la suite atteindre des émissions nettes nulles vers 2050. Cette réduction des GES nécessiterait des transitions rapides dans les systèmes énergétiques, urbains, agro-industriels, etc. d’une ampleur jamais observée dans toute l’histoire humaine. La dernière COP24, qui s’est tenue récemment à Katowice en Pologne, a souligné une fois de plus l’incapacité des différents États d’en arriver à une entente internationale qui permettrait de réduire les émissions de GES.

Lire le texte original

Déjeuner des chefs

Voir aussi

L’autodétermination, ce bien précieux

On le sait, le Québec perd le contrôle de ses leviers. Entre les fuites de …