lundi , 23 septembre 2019

Blue Diamond Resort et la chaîne Royalton

Un modèle en matière de gestion hôtelière dans les Caraïbes

Gérer une chaîne hôtelière nécessite une expertise approfondie et un grand sens de l’adaptation. Savoir former du personnel si loin de chez soi et offrir un service à la clientèle hors pair dans un contexte totalement différent n’est pas inné chez quiconque.

La chaîne hôtelière Blue Diamond Resort, associée à la société canadienne Sunwing, est l’un des rares gestionnaires d’hôtels qui connaissent une croissance étonnante dans le domaine du tourisme dans les Caraïbes.

On n’a qu’à citer en exemple le charmant complexe hôtelier Royalton de Cayo Santa Maria à Cuba. On peut compter 1,7 employé pour chaque invité… Oui vous avez bien lu… Dès l’arrivée, jusqu’à votre départ, l’équipe dirigée par Erasmo Lopez et Cesar Eslava saura vous combler à tous les niveaux.

Il n’y a que très peu d’hôtels qui fonctionnent de la sorte. Avec ses 120 chambres seulement, ce complexe hôtelier propose une offre de services innovante, des chambres de qualité exceptionnelle.

Il est très fréquent qu’on y croise des entrepreneurs et leurs employés qui choisissent la notoriété de cet hôtel pour y tenir des rencontres d’affaires, dans un environnement dépaysant qui inspire la réflexion.

La chaîne Blue Diamond Resort a su faire du Royalton Cayo Santa Maria un complexe dépassant les normes dans l’industrie. Un directeur général, un directeur de l`hébergement, de la restauration, un chef exécutif, du personnel en rotation que vous verrez autant au service de bar sur la plage qu’à l’un de ses exceptionnels restaurants.

Est-ce nécessaire de rappeler que ce complexe hôtelier a complètement été ravagé par l’ouragan Irma, il y a à peine un an. Plus rien n’y paraît à part le professionnalisme de la chaîne Blue Diamond Resort et de Royalton, en plus de la détermination de tous les employés de ce complexe hors pair.

Quelques éclaircissements

  • La nourriture est mauvaise à Cuba : évidemment, si vous pensez boire votre jus d’orange de marque commerciale, manger votre poutine ou votre poitrine de poulet rôti à la Saint-Hubert, il vaut mieux prendre vos vacances au Québec. Par contre, le complexe Royalton de Cayo Santa Maria, géré par le groupe Diamond Club et opéré par le voyagiste canadien Sunwing, vous servira des produits internationaux cuisinés comme vous le souhaitez. Des langoustes à la soupe à l’oignon, en passant par les calmars, le poulet cordon-bleu et le filet mignon, les sushis et autres.
  • Il y des punaises de lit à Cuba : Faux et totalement faux. À moins de séjourner dans un hôtel non recommandé par nos voyagistes canadiens, les complexes de Cayo Santa Maria sont d’une extrême propreté. Il se peut que des insectes vous visitent, mais, comme au Québec, utilisez un chasse-moustiques en cas de besoin. Cela n’est nécessaire au Royalton, car l’administration gère la prolifération de moustiques.
  • Il faut payer un droit de sortie à Cuba. La plupart des voyagistes l’incluent maintenant dans votre forfait, vous n’avez plus à vous en soucier.
  • Il est dangereux de sortir de l’hôtel à Cuba. Il y a des endroits beaucoup plus dangereux que Cuba pour les sorties extérieures et surtout de soir. C’est pourquoi la plupart des complexes hôteliers offrent une panoplie de divertissements, de jour comme de soir. Mais, évidemment, choisissez vos endroits et informez-vous si vous souhaitez faire une incursion chez les habitants, les responsables de l’hôtel vous guideront.
Déjeuner des chefs

Voir aussi

DES VISITES DE VIGNOBLES, DES EXPOSITIONS MAIS SURTOUT LA DERNIÈRE SAISON DE SHOOTER

Scott – C’est lors d’un repas de presse que Monsieur Stéphane Parent, directeur général de …