Le manque de travailleurs et le protectionnisme : les deux principaux défis des manufacturiers

MONTRÉAL – Le manque de travailleurs représente un défi grandissant pour les manufacturiers en plus de faire face à la montée du protectionnisme américain, selon le dernier sondage national bisannuel sur la gestion de Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ).

La disponibilité de la main-d’œuvre préoccupe 47 % des entreprises, comparativement à 32 %, il y a deux ans. 69% des entreprises manufacturières manquent actuellement de main-d’œuvre et 74% estiment que ce problème va perdurer au cours des cinq prochaines,

« La pénurie de main-d’œuvre est bien réelle et représente le plus gros défi des entreprises. Certaines perdent des contrats actuellement faute de travailleurs suffisants. La situation est si critique qu’elle a aussi un impact sur la formation des employés. Plus du tier des manufacturiers aimeraient offrir de la formation, mais hésitent à le faire au cas où ceux-ci quitteraient par la suite chez un concurrent », souligne la présidente-directrice générale de MEQ, Véronique Proulx.
Déjeuner des chefs

Voir aussi

Davie: des retombées de près d’un milliard $

Le gouvernement fédéral a l’intention d’octroyer un contrat à la Davie pour la construction de …