Un pacte migratoire pavé de bonnes intentions

Un large consensus de 164 pays membres de l’ONU ont adopté le 10 décembre un document dont le nom exprime clairement l’intention : le Pacte pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

D’abord, rappelons que le 7 novembre, le député Luc Thériault a soumis à la Chambre des Communes un projet de loi visant soustraire le Québec à l’application de la Loi canadienne sur le multiculturalisme. La loi canadienne ne fait état ni du français comme langue officielle ou commune au

Québec, ni de la séparation de la religion et de l’État, ni de l’égalité entre les sexes, trois valeurs fondamentales au Québec. Cette loi aurait permis au Québec de déployer son propre modèle d’accueil et d’intégration des immigrants.

Lire l’article original

Déjeuner des chefs

Voir aussi

L’autodétermination, ce bien précieux

On le sait, le Québec perd le contrôle de ses leviers. Entre les fuites de …